lundi, 18 octobre 2021
« La meilleure des opportunités se trouve dans la pire des situations »
Nicolas Machiavel

La Légion, un modèle d’intégration pour Emmanuel Macron

Dans le cadre de sa « politique d’égalité des chances », explique-t-on à l’Elysée, le président de la République s’est rendu, ce vendredi 12 mars, au sein du 4e Régiment étranger, l’unité qui sert d’école aux légionnaires.

A la Présidence, on vante ce modèle d’intégration par l’effort, avec des règles strictes et simples de vivre ensemble », cette « capacité de fabriquer une entité d’excellence avec des gens venant de 150 pays » basée sur « une forte cohésion et des valeurs communes ». Difficile de ne pas y lire un message politique qui va bien au-delà du modèle Légion étrangère.

A la ferme de Saint-Gaudric, l’une des trois du 4e RE où les engagés volontaires suivent leur formation initiale, le président Macron a remis cinq décrets de naturalisations à des légionnaires qui souhaitaient devenir Français : un Polonais, un Brésilien, un Roumain, un Népalais et un Algérien.

Les Légionnaires ne deviennent Français que s’ils en font la demande. C’est le cas d’environ 200 d’entre eux chaque année, selon la procédure classique. Il existe une autre voie d’accès à la nationalité française, celle « par le sang versé », pour les blessés au combat. Une vingtaine de Légionnaires ont bénéficié de cette procédure particulière. La Légion étrangère compte 9000 hommes.

Share on facebook
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *