La place au féminin

Parce que des femmes – mères, épouses, filles, sœurs… – s’inquiètent chaque jour en France de leur avenir, de leur sécurité et de celle de leurs familles, nous avons à cœur de les accueillir au sein de Place d’armes. Vous trouverez sur cette page les textes rédigés par certaines d’entre elles.

La voix d’une femme et d’une mère !

Lorsque j’ai lu ce qu’on appelle aujourd’hui, la tribune des généraux, j’ai eu envie de dire merci.
Merci pour ces mots mis sur nos maux !
Merci à vous d’avoir eu ce courage !
Merci de tenter d’éveiller les consciences de ceux qui nous gouvernent !
Merci à tous les signataires, qui rappellent que dans les situations les plus désespérées, des hommes et des femmes peuvent se lever !

Je suis moi-même, épouse de militaire, mère de famille et trois de mes garçons ont rejoint l’armée.
Si je prends la parole aujourd’hui, ce n’est pas en leur nom, chacun d’entre eux sait ce qu’il doit faire et penser, j’apporte ici mon témoignage de française, de citoyenne, de “femme de et mère de”, proche témoin de l’évolution de l’armée et des forces de l’ordre, confrontée à l’insécurité, à l’islamisme, au délabrement de mon pays et de ses institutions.

Chaque grande ville de France a aujourd’hui ses quartiers où la loi ne s’applique plus, où les vendeurs de drogues commercent au vu de tous, où les forces de sécurité évitent d’intervenir, quand ils n’en reçoivent pas directement l’ordre (comme ces demandes de ne pas poursuivre les auteurs de rodéos urbains), où les jeune fille ne sont pas libres de circuler vêtues comme elles l’entendent, où la charia remplace peu à peu les lois de la République. Sur l’ensemble du territoire, nul n’est à l’abri, d’un égorgement, d’une décapitation, d’un coup de couteau ou d’un camion conduit par un fou furieux dont le seul but est de tuer le plus de Français possible.

Chacun de nous a son rôle à jouer, je me suis occupée de mes six enfants lorsqu’ils étaient petits, tentant de préserver leur éducation et une vie de famille malgré nos nombreux déménagements, lorsqu’ils ont grandi, je me suis retrouvée avec plus de temps libre, et me suis engagée en politique. Je souhaitais défendre un programme ambitieux pour la France, des réformes salutaires, l’affirmation de nos valeurs et de notre grandeur, le refus de la soumission à l’islamisme. Lutter contre le déclin de notre civilisation et défendre ma vision du monde !

Pendant ce parcours politique et militant, j’ai rencontré des personnes remarquables, des patriotes engagés, enthousiastes, des Français désemparés attendant un vrai sursaut de la classe politique, mais je me suis également retrouvée face à des guerres internes, des inimitiés personnelles qui prenaient trop souvent le pas sur le bien commun. Après 11 ans de militantisme dont 6 ans comme Conseiller régional, je tourne cette page sans regret
Avec ce courrier, je souhaite vous apporter tout mon soutien, car les femmes, filles, mères de militaires et des forces de l’ordre sont libres de s’exprimer, contrairement aux militaires.

L’avenir n’est pas écrit, le temps de l’action est venu, il nous appartient de donner un nouvel élan, de mobiliser, de convaincre, de prendre la parole et de tracer le chemin qui mènera une majorité de Français à la prise de conscience !

Place d’Armes regroupe ceux qui veulent changer les choses, ils m’ont laissé libre de m’exprimer sans censure, j’invite tous ceux qui sont libres de leurs paroles à nous rejoindre.

Isabelle Gilbert