mardi, 28 septembre 2021
« La meilleure des opportunités se trouve dans la pire des situations »
Nicolas Machiavel

Manif anti-passe : agression de manifestants pacifiques par les forces de l’ordre

Notre site a reçu cette contribution de la part d’un de ses sympathisants sur les récentes manifestations contre le passe sanitaire. Commentez-la pour nous dire si vous aussi vous avez constaté des attitudes similaire de la part des forces de l’ordre.

Le samedi 11 septembre a eu lieu une manifestation pacifique à Toulouse contre les mesures COVID du gouvernement. Le défilé a été pris à partie par des individus sveltes et athlétiques qui ont porté des coups aux personnes présentes, hommes, femmes, enfants, personnes âgées, handicapés…

J’ai moi-même visionné les vidéos de cet évènement. De toute évidence, les agresseurs semblent être des policiers en civil, sans marque distinctive de leur fonction. Sans sommation, ils ont violenté les personnes présentes. Tout cela s’est déroulé dans un contexte auparavant des plus calme, sans commerces ni véhicules endommagés. Comment peut-on justifier de disperser de la sorte une manifestation bon enfant, légale et déclarée ? Mis à part une volonté de faire taire une opposition bruyante et grandissante.

Violences à la capitale

Dans le même temps avait lieu à Paris une manifestation du même type. En revanche, et contrairement aux dires des médias, le nombre des participants était très élevé. J’ai personnellement suivi par vidéo cette manifestation en direct. Étant un ancien professionnel du maintien de l’ordre, je suis surpris de voir CRS et gendarmes mobiles encadrer le défilé de façon à le faire dévier de l’itinéraire prévu et déclaré, sans l’avis des organisateurs. Tout au long de ce défilé, de nombreuses grenades lacrymogènes ont été lancées dans la foule, sans motif légitime. Ce qui entraîne peu à peu des réactions irritées de certains manifestants.

Je suis surpris de cet usage non justifié de grenades dans la capitale, ce qui est normalement proscrit sauf en cas de violences urbaines importantes. D’autre part, l’utilisation de ce type d’armes par les forces de l’ordre doit être précédée des sommations réglementaires : « Obéissance à la Loi, dispersez-vous. Obéissance à la Loi, on va faire usage de la force ». Rien de tel n’a été dit de façon claire et explicite pour que tous comprennent ce que cela signifie. De plus, déjà très encadrés par les forces de l’ordre, les manifestants n’auraient même pas pu se disperser.

En fin de journée, tout le monde s’est retrouvé rassemblé sur une place de Paris, qui n’était pas le lieu final prévu initialement. Toutes les issues étaient bloquées par les CRS et les gendarmes mobiles. C’est alors qu’une pluie de grenades et de coups s’est abattue sur les hommes, femmes et enfants présents sur la place. Plusieurs manifestants ont affronté les forces de l’ordre pour faire cesser les violences et pour permettre à certains d’échapper à ce bouclage.

Contraindre au silence

Comme beaucoup, je suis révolté. C’est notre peuple que l’on maltraite pour le faire taire. Aucun incident, aucune brutalité, aucune dégradation ne peut justifier cette violence illégale.

Il faut mettre en garde les forces de l’ordre des conséquences personnelles qu’entraîne l’obéissance à des ordres clairement illégaux.

Les images que j’ai vu m’ont rappelé les méthodes de maintien de l’ordre en Russie au début des années 1990, où les policiers agissaient ainsi pour réprimer une manifestation d’opposants politiques au gouvernement. La technique et le déroulement étaient parfaitement identiques.

Sylvain B.

25 réponses

  1. Bonjour
    J’assiste moi même aux manifestations (en tant que père de famille inquiet de ce dit 💉).
    Il est vrai que nous nous faisons gazé pour aucune raison !!!
    Notre liberté est bafoué !

  2. Alors je serais tenté de dire que pour l’instant nous les mettons en garde, après quoi ils vont devoir choisir leur camp.
    Et pour finir, je pense que nous ne devons rester inactifs devant ce genre de comportements inadmissibles et collaborationnistes de certains fonctionnaires.

  3. Bonsoir, personnellement j’assiste également aux manifestations mais à celles de Philippot où le service d’ordre gère les déplacements et il n’y a eu aucun incident hormis quelques excités qui ont été vite expulsés.
    J’ai vu effectivement sur des vidéos des gilets jaunes ces incidents sur leurs manifs. Il est clair qu’il y a de la tension dans l’air et que la police n’aide en rien à apaiser les choses. Et vu qu’effectivement le nombre de manifestants malgré ce que disent les médias, augmentent de semaine en semaine, il pourrait y avoir de plus en plus d’incidents à venir.

    1. S’ils désobéissent, ils sont mis à pied sans solde. Donc, ce n’est pas la peine de faire des chômeurs supplémentaires.

  4. Bonjour,
    Pour avoir été au première loge lors de l’intrusion agressive dans la manifestation de Toulouse ce samedi 11 septembre 2021, je suis perplexe sur les origines des agresseurs qui étaient de sombre et noir vêtus ! Certains assez sportifs effectivement ! Des policiers en uniformes sont rapidement intervenus pour faire cesser les troubles et de façon très chirurgicale !
    Des anarchistes étaient sur le rond rond-point arnaud Bernard peu après, sans pouvoir affirmer qu’ils étaient avec ou les agresseurs !
    Mon point de vue non vérifiable est que celà ressemble à une intervention de barbouzes ou de racailles manipulées par barbouzes, les policiers en uniformes étant non impliqués !
    DANS TOUS LES CAS CELÀ SENT MAUVAIS LA MANIPULATION POURRITIQUE !

  5. Malheureusement tout cela est vrai, j’étais sur une autre manif en région mais un ami à moi a subi ce qui est détaillé dans ce témoignage, et ce qui me choque particulièrement c’est que la gendarmerie utilise désormais les mêmes méthodes que l’horrible bravm et les CRS. J’avais encore un peu d’espoir dans la gendarmerie mais là c’est terminé, ils sont tous pareil…force aux peuple qui résiste en ce moment et qui fait face à la folie covidiste.

  6. Non excusez moi, la vraie vidéo:
    https://youtu.be/Z39STYOKESc
    En effet, Pour comprendre, car oui c’était calme, mais le calme du noyautage de la manif par un cortège antifa (avec banderole nauseabonde), et un calme avec des bâtons de bataille derrière les banderoles gauchistes. Les agresseurs (au 1.er degré !) Sont des identitaires qui ont souhaité d’abord discuter pour faire enlever la banderole, puis ont “agi”. Donc, suis-je, pour bien comprendre, voici la vraie vidéo, complète et non tronquée.

  7. En tant qu’ancien gendarme, je condamne expressément et radicalement ce types d’agissements, s’ils s’avèrent exacts.
    Je n’ai pas oublié le texte de mon serment : “Je jure de ne faire usage de la force qui m’est confiée que pour le maintien de l’ordre et l’exécution des Lois”
    Ce qui m’étonne, c’est que des gendarmes soient parties prenantes dans ce type d’actions. Mais c’est peut-être ce qui arrive quand on rattache la gendarmerie à statuts militaires au ministère de l’intérieur…

    Et si ces faits sont avérés toujours, j’engage nos camarades policiers à les dénoncer également et à ne plus y participer. Il y va de leur honneur…

  8. Ce même genre de phénomène avait été observé lors des premières manifestations des GJ…
    Et cela avait abouti au discrédit du mouvement et à son éclatement!
    Même but, même procédé?

  9. Chers amis, chers camarades
    Je voudrais porter à votre connaissance un communiqué émanant du syndicat de la magistrature, publié sur ce site, au lendemain de la manifestation des policiers devant l’Assemblée Nationale :

    “”Cet après-midi, ministres et élus de tous bords se presseront à une manifestation organisée par différents syndicats de police, qui font part depuis quinze jours de leur exaspération face à une justice qui ferait quotidiennement la démonstration de son laxisme et de son inconséquence – dénoncée encore dernièrement dans l’affaire de Viry-Châtillon, dont la qualité et la sincérité des investigations menées méritaient bien, outre des protestations outrées devant les acquittements intervenus, le soutien du Directeur général de la police nationale.
    La revendication principale exprimée dans le communiqué intersyndical appelant à cette manifestation est celle de peines planchers pour les agresseurs des forces de l’ordre, ainsi qu’un « changement de logiciel » par rapport à « l’orientation prise pour l’individualisation des peines et l’érosion de celles qui sont prononcées ».
    S’engouffrer dans l’instrumentalisation des drames récemment vécus par deux fonctionnaires de police est bien commode pour nos élus et ministres : ils espèrent ainsi faire oublier le renoncement des gouvernements qui se sont succédés à faire des forces de l’ordre de véritables agents de la paix publique, et à améliorer leurs conditions de travail et leur formation.
    Le courage politique et surtout le sang-froid démocratique de ces responsables politiques méritent d’être salués : il eût été peu stratégique, alors qu’il est temps de battre campagne, de ne pas être aux côtés de ceux qui représentent les agents de la force publique – quitte à avaliser la démonstration de force – et du côté de la belle unanimité qui se forme pour accuser ceux qui appliquent les lois votées années après années. Cela ne coûte pas cher, le prix à payer étant seulement de reléguer toujours un peu plus loin le principe de la séparation des pouvoirs, devenu si suranné en ces temps fébriles.
    La concurrence est rude, pour obtenir le label de premier flic de France mais le nouvel horizon que dessinent nos ministres et élus en participant à cette manifestation et en s’associant ainsi aux revendications policières, est celui d’une société dans laquelle la police devient une puissance autonome au lieu d’être une force publique au service des citoyens, dictant à l’exécutif la définition de la politique pénale, au parlement le contenu des lois, et revendiquant une indispensable impunité pour elle-même – puisqu’elle est la seule à pouvoir sauver la collectivité de l’anarchie.
    Quel est le nom d’un tel régime?””

    Je livre ce texte à votre réflexion et ne ferai que deux commentaires :

    – Les policiers dictent la politique pénale : Ce ne sont pas les policiers qui ont demandé et obtenu le présence de l’avocat lors des perquisitions, disposition qui ne va pas leur simplifier la tâche déjà largement assez compliquée.
    – Et quant à l’impunité, de quel côté est-elle ?

  10. Egalement ancien “G.M.”, j’ai essentiellement visionné les manifestations des “G.J.”. . Sachant que certaines vidéos sont amputées pour orienter vers les brutalités policières, il y en a, qui hélas, ne sont pas dignes de l’Institution. Je ne sais toujours pas si, depuis mes nombreux séjours à “SIGAVILLE” on prône depuis le tabassage au sol, le tir tendu, et le “nassage” des citoyens qui manifestent sans violences… Si c’est devenu la règle : Je suis très heureux d’avoir pu quitter la Gendarmerie.
    J’ai juste un message pour mes jeunes camarades en activité :
    – C’est toujours le lampiste qui paie. Alors, qu’ils se fassent bien préciser les ordres reçus.
    – Aux les Commandants d’Unités, je rappelle : Bien que la mention sur les réquisitions précisent éventuellement l’emploi de la force, voire l’usage des armes, vous RESTEZ SEUL JUGE des moyen à mettre en œuvre. (Pour info, J’ai connu l’époque où l’on nous avait recommandé, en cas d’urgence, d’enregistrer les consignes verbales du T.I.).

  11. Je crois que culturellement et historiquement, nous avons un problème en France avec le droit de manifester.

    Dans les manifestations à caractère syndicale, certaines organisations sont restées dans la logique de lutte des classes héritée des grands conflits sociaux de la fin du 19e siècle. Ils considèrent policiers et gendarmes comme des mercenaires à la solde des patrons et non comme des concitoyens. A ceci, je réponds : Dans quelles couches de la population croyez-vous que sont recrutés les policiers et les gendarmes ? Chez les bourgeois ? Et croyez-vous que parce qu’on a endossé un uniforme, on oublie d’où l’on vient ? Seulement quant on passe des heures sous les quolibets et les insultes où à se faire caillasser, comment ne peut-il pas y avoir des gens qui perde leur sang froid ?

    Si vous ajoutez à cela effectivement des individus incontrôlés, venus tout exprès pour casser du flic, briser des vitrines et piller les boutiques, comment réagir ?

    La question est : comment les neutraliser pour que les citoyens puissent manifester pacifiquement et faire valoir leurs opinions. Je pense qu’il faut leur appliquer la même législation qu’aux terroristes et les interpeller en amont et démanteler leurs organisations. (Black bloc)

    La vérité est que nous vivons dans une société qui se radicalise et où la violence s’est complétement banalisée. Il n’y a plus aucune retenue, plus aucune crainte de la sanction (et pour cause). Pas un jour sans que les médias ne se fasse l’Echo d’un acte de sauvagerie. Où allons nous ? Dans quelle France voulons-nous vivre ? Dans quelle France voulons-nous que vivent nos enfants et petits enfants ?

  12. Il n’est pas ici question de comportements individuels mais d’une stratégie appliquée en toute conscience. J’étais présent lors du saccage des Champs Elysées en mars 2019. Tous ceux qui ont assisté à cet événement peuvent témoigner que les FDO ont été employées de manière à faciliter le travail des casseurs. L’avenue a été délibérément livrée au saccage. Les pillards se sont consacrés en toute quiétude à leur besogne à quelques mètres des gendarmes et CRS dont le dispositif orientait volontairement le chaos. Entre autre faits bizarres ce jour-là, j’ai vu débarquer gare Montparnasse des individus tout de noir vêtus, sac au dos avec le casque accroché sans que les patrouilles de CRS ou gendarmes n’effectuent la moindre fouille. En revanche lors d’autres manifestations des secouristes se sont vus confisquer leur matériel et des citoyens ordinaires n’ont même pas pu garder de simples masques de protection. Des cars entiers de manifestants ont été bloqués au péage de Saint-Arnoult sans aucun motif légal. Les FDO commencent à être détestées par ceux qu’elles sont sensées protéger et beaucoup parmi la population saine de ce pays voient en elles un instrument de répression aux mains des traitres à la Patrie prêt à accepter d’exécuter les ordres les plus abjects. N’ayant rien d’un anti-flic, je regrette d’avoir à poster ce texte mais il est hélas le témoignage de la réalité.

  13. Face à une légitime colère populaire alimentée par la trahison permanente de ses “élites représentatives”, les FO tous statuts confondus pourraient vite à devoir choisir leur camp.
    La révolte des GJ pourrait bien être une aimable plaisanterie à côte de celles qui s’annoncent … et pas que pour le covid !
    La prochaine fois , “on” tire dans le tas ?
    A bon entendeur …

  14. Hé ho!!! On fait quoi? On laisse nos concitoyens se faire taper dessus sans raison? On laisse la liberté quitter notre pays? On laisse cette dictature prendre place???
    Nous sommes militaires, garants des droits de notre constitution et protecteurs de notre nation!!!!!!!!!!!

  15. Macron roule pour le nouvel ordre mondial, suppression des libertés comme en Chine, on y va si il reste au pouvoir!

  16. Quand plusieurs problèmes apparaissent simultanément, il faut les hiérarchiser puis les traiter dans l’ordre des priorités. Le conflit des GJ et la contestation du pass sanitaire ont soulevé des questions importantes et multiples auxquelles les pouvoirs publics n’ont pas apporté de réponses généralement satisfaisantes. Soit. Mais l’essentiel n’est pas là ou n’est plus là aujourd’hui. L’insécurité sur fond de sécession potentielle de parties croissantes du territoire national est un problème autrement plus grave. Il faut ouvrit les yeux… Ce n’est donc pas le moment de nous disperser ni de mettre globalement en cause les forces de l’ordre dont l’affaiblissement reste le premier des objectifs de la sédition.

    1. Parmi les revendications des GJ “première mouture”, il y avait le référendum d’initiative citoyenne y compris pour les sujets tabous. Si les patriotes s’étaient davantage mobilisés, les gauchistes n’auraient pas pu pourrir le mouvement de l’intérieur. Quant aux FDO, la balle est dans leur camp. Si gendarmes et policiers ne font pas le ménage dans leurs rangs et continuent à se salir les mains, il ne faudra pas s’étonner que le peuple pensera d’eux qu’ils sont faibles avec les forts et forts avec les faibles. Le respect n’est pas un du, il se mérite.

  17. Je ne comprends pas l’inaction, de la grande muette ! Agression de citoyens lors de manifestations pacifiste, destruction des valeurs française, dégradation de monument historique (arc de triomphe), atteinte à la libre de circulation des citoyens, atteinte à la liberté d’expression, atteinte aux droits de l’Homme… Le pays des droits de l’homme n’est plus…je perds espoir pour mes enfants !! Dans quelle monde je les aient mis… Tout le monde c’est que Macron ne roule pas pour la France, comment peut ont laissé faire ça, comment peut ont être si inactif fasse à cette agression venant de ceux qui sont censés protéger les intérêts de notre nation, l’intérêt des citoyens qui font ce qu’est,du moins ce qu’était la France.

  18. Je crois qu’en m’associant à Place d’armes, et en signant la tribune des militaires, je me suis trompé. Je constate qu’hélas le silence de la grande muette est assourdissant. Comme DB l’indique, tout est foulé au pied et, contrairement à Yvars, je ne pense pas que “l’invasion” de notre pays soit plus importante que la liberté des citoyens (français) qui le compose.
    Mon engagement est pour défendre les valeurs auxquelles j’ai toujours tenu, si ce n’est pas le cas pour vous, alors je pense ne rien avoir à faire avec vous. Je précise que nombre des français qui ont soutenu la tribune attendent que l’armée les défende sur tous les points….

    1. Oui on a besoin de vous, beaucoup de gens souffrent, les manifestants pacifiques sont attaqués alors que nous luttons pour nos libertés les plus basiques. Ce qui détruit actuellement le pays c’est cette politique sanitaire complètement folle qui n’a pour objectif que de nous soumettre toujours plus pour adopter un modèle type chinois dépendant de bigpharma. Nous protéger du danger extérieur est une mission qui vous honnore et la France vous admire pour ça, mais quand le danger vient de l’intérieur et au plus haut sommet de l’état que faire ?

    2. C’est ma pensée également, lorsque la tribune des militaires est sortie j’ai eue un sursaut d’espoir, et force est de constater que ça à été la dernière fois que j’ai osé ressentir de l’espoir concernant quoique ce soit dans ce Pays ou notre droit d’exister et de choisir est remis en question. On a besoin de vous pour nous proteger de ce gouvernement qui nous prend une a une toutes nos libertés et qui détruit notre Pays, notre avenir et c’est actuellement le combat le plus important.
      Je suis une Maman qui n’arrive plus à fermer l’oeil la nuit car j’ai peur pour l’avenir de mon enfant, j’ai peur de ce que ce gouvernement va bien pouvoir encore nous sortir pour nous priver du droit de choisir pour eux de ce qui est bon ou non, et c’est le cas de beaucoup d’autres parents. L’espoir que l’armée nous vienne en aide est le seul qui nous reste.

    3. Vous avez entièrement raison .Je me suis engagé moi aussi en pensant qu’après les Volontaires pour la France ,Le Réseau Rémora ou Cercle des Citoyens Patriotes , il y avait une alternative intéressante pour combattre le déclin de la France du à la trahison de nos dirigeants ,mais je me rends compte que, vu les actions proposées par ceux qui sont en charge de la protection de notre Nation ,nous savons ,nous rageons ,mais nous nous soumettons faute de courage …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *