top of page
Bandeau P.A._edited.jpg

60 ème anniversaire : En hommage à nos amis pieds-noirs et à leurs familles.

"Place d'armes" n'oublie pas !



5 juillet 1962, indépendance de l’Algérie.

60 ans déjà.

Impossible d’oublier ce jour-là.


Le 4 Juillet matin, ayant été informé par un ami commissaire de police, que la chasse aux Roumis allait commencer le 5 juillet au matin, je décide avec un petit groupe de camarades, de quitter Alger le soir même. Nos noms, comme beaucoup d’autres, figurent sur des

listes remises au FLN par nos Renseignements Généraux en application des accords d’Evian.


Nous avons la chance, grâce à une complicité, d’embarquer à bord d’un petit rafiot, le SIDI OKBA . Ce navire qui faisait du transport de troupe ne pouvait embarquer à l’époque que 600 militaires. Ce jour là, selon le commandant de bord il a embarqué 800 rapatriés et environ 400 passagers clandestins. Il y a du monde partout et il est difficile de circuler. Il fait très chaud. Rapidement il est impossible de trouver de l’eau potable. Quant aux toilettes, je vous laisse imaginer leur état.


Beaucoup de gens pleurent en regardant la côte algérienne s’éloigner lentement.


Enfin, nous sommes partis, le cœur déchiré pour Marseille. Heureusement la mer est très calme. Mais nous ne savons pas encore ce qui nous attend à l’arrivée. Nous ne sommes pas au bout de nos peines.


Ce n’est que le 6 juillet que nous

apprendrons ce qui s’est passé à ORAN.


Une page noire pour l’histoire de France.


Ce que tous les français doivent savoir :

L'Algérie sous la France 1954
.pdf
Télécharger PDF • 1.72MB

Alain Barrière, Partir (juste à écouter...)


26 commentaires

26 Comments


Guest
Jul 07, 2022

Enfin on rend hommage aux Pieds-Noirs, victimes de nos politiciens qui furent incapables, même à faire respecter les accords d'Evian. La honte !

Français intégrés en Algérie, apportant progrès et richesse de ce territoire qui était alors misérable.

Je ne suis ni Pied-Noir ni Harkis mais je connais votre pays l'Algérie Française.

Les Pieds-Noirs sont mes AMIS !


Like
Guest
Sep 06, 2022
Replying to

Bien fait pour vous,il ne fallait pas venir chez eux,vous avez devenir les colonisés maintenant

Like

Guest
Jul 07, 2022

Philippeville 1962. Une pensée pour ma mère...

Like
Marianne Gragnani
Marianne Gragnani
Aug 12, 2022
Replying to

Une pensée pour ma Mère et ma Famille !

Like

Gilbert LANDO
Gilbert LANDO
Jul 06, 2022

Le Général De Gaulle etait un tres bon catholique,a la Messe tous les Dimanche,et a ordonner ce masacre en disant au General KATZ le boucher Oran de ne rien faire.

Like
Roland MAYET
Roland MAYET
Aug 13, 2022
Replying to

J'étais à Oran. Katz était une ordure bornée.

Like

Guest
Jul 05, 2022

Merci pour ce "rappel".

Effectivement, "Place d'armes" n'oublie pas !


Mais se peut-il que vous ayez oublié le nom du principal responsable de ce massacre ? (je ne vois son nom nulle part, ni dans votre article, ni dans sa pièce jointe).


Aujourd'hui, j'ai participé à une des commémorations de ce drame. Et comme partout en France, nous avons évoqué sans aucune gêne le(s) responsable(s), car ils sont maintenant (60 ans après !) bien connus.


Ce rappel aurait pourtant été important à faire, étant donné que nous sommes encore aujourd'hui sous la 5ième république, gouvernés par un président de la république et un gouvernement qui se revendiquent du gaullisme, le tout en donnant des leçons de "crime contre l'humanité".


Ne…

Like
Roland MAYET
Roland MAYET
Aug 13, 2022
Replying to

De Gaule était un général-fonctionnaire, comme il était déjà avant la guerre 39-45.

Like

Guest
Jul 05, 2022

Petit poème de mon grand père à Oran il n'y a pas de quoi être fier d’être Français!

Petit poème de mon grand père. Qu'hélas les moutons et les veaux ne liront pas.

Je suis avec tous ceux que meurtrirent les pierres,

Je suis avec Socrate et les premiers chrétiens,

Je suis avec le Noir que des brutes lynchèrent,

Je suis avec le cerf poursuivi par les chiens.


Avec ceux que la foule à Mort faisant fête,

A massacrés jadis sur le seuil des prisons,

Quand les gouttes de sang qui tombaient de leur tête

N’éveillaient que le rire et d’obscènes chansons !


Je suis avec Jésus traîné jusqu’au prétoire

Sous les clameurs des Juifs qu’il pardonnait tout bas.

Je…


Like
bottom of page