Ce soir, je suis en colère


A Marseille ce 10 mai au soir, un médecin militaire qui venait chercher ses enfants, âgés de 3 et 7 ans a été poignardé à la gorge d'une dizaine de coups de couteau. L'agresseur s'appelle Mohamed L, il est de nationalité française, il appartient au monde de la petite délinquance. Le pronostic vital de la victime, âgé d'une trentaine d'années est actuellement engagé.

Je suis en colère, car sans attendre une enquête approfondie, la police évoque un «profil psychiatrique», ajoutant que l'homme a dit, devant les enquêteurs, avoir agi «au nom de Dieu», mais a aussi évoqué «le diable».

La police indique de plus, que la perquisition au domicile de l’auteur, n'a rien donné et que la piste terroriste doit être définitivement enterrée. Ceci en quelques heures, sans garde à vue, ni investigations poussées, ni analyse de son téléphone ou de son ordinateur, ni recherche de ses contacts ou des membres de sa famille !

On le pressent, on le constate : pour aller aussi vite c'est qu'il fallait que cet individu ne soit pas un terroriste! Pourtant il dit avoir agi au nom de Allah, mais circulez, il n'y a rien à voir, puisque on vous le dit, ce n'est pas un terroriste. Oui mais pourquoi alors agresse-t-il un parent d'élève devant un établissement et pas n'importe lequel, un établissement catholique, un collège de "mécréants" ?

Je suis en colère car ce n'est pas un terroriste nous dit-on, car il était connu des services de police pour des trafics de stupéfiants.

Mais, messieurs les enquêteurs, les terroristes du Bataclan avaient pourtant, avant de devenir islamistes, été eux aussi des petits délinquants. Oui, figurez-vous que l'on peut être délinquant et terroriste, ceci a été expliqué dans les divers procès au cours desquels ont été jugés les tueurs d'Allah.

Je suis en colère, car encore une fois, face à un assassin potentiel, la grande presse minimise les faits et n'a pas une seule fois noté le mot islamiste. Car oui messieurs les journalistes, on peut être perturbé et être aussi islamiste.

Je suis en colère, car notre "petit" ministre de l'intérieur n'a pas eu un mot pour la victime dans son premier tweet, préférant simplement remercier les passants, qui en effet ont fait preuve de courage :

"Un homme a été violemment agressé au couteau à Marseille devant un collège en fin d’après-midi. L’auteur a été interpellé. Merci aux passants et aux services de police pour leur réaction rapide."

Je suis en colère, car la ministre de la Défense n'a pas immédiatement réagi à ce lâche attentat, en se disant de tout cœur en communion avec ce militaire et sa famille. Je rappelle que ses enfants âgés de 3 et 7 ans étaient sur les lieux.

J'espère que ce jeune officier du service de santé, sortira bientôt de son coma et qu'il vivra. J'espère surtout qu'un jour les français hurleront : " il y en a marre" et qu'ils ne tolèreront plus que l'on tue leurs compatriotes.

Ce soir Place d'Armes a d'autant plus de peine, que c'est un camarade militaire qui est tombé, non pas contre un ennemi extérieur (russe ou malien), mais contre un ennemi qui se dissimule sur notre sol et qui "possède" la même nationalité que nous.

Nous exprimons à la famille notre profonde compassion pour cet acte odieux.

Mais c'est aussi la rage que nous inspirent ces attentats islamistes, oui islamistes, qui n'en finissent plus de rythmer inexorablement notre quotidien sur le sol français.

Je vous laisse deviner l'attitude de nos médias si un militaire français avait agressé au couteau devant une école coranique un musulman.


PS : Place d'Armes décidera dans les jours qui viennent, de la suite que l'association donnera face à une telle barbarie.


Jean Pierre Fabre-Bernadac Président de Place d'armes

268 commentaires

Nombre de visites

« La meilleure des opportunités se trouve dans la pire des situations »
Nicolas Machiavel

PALOGOSITE.jpg
textesite.gif