top of page

Nombre de visites

PALOGOSITE.jpg
textesite.gif

Le combat de la souveraineté numérique











Le combat de la souveraineté numérique

Nous partions de loin, dans cet univers marqué au fer rouge par l’omniprésence et les positions monopolistiques des Etats-Unis d’Amérique: l’univers des technologies de communication et de l’information, des services et outils numériques, en un mot la Tech.


État des lieux


Il nous faut convenir que le statut d’hégémon qu’ont acquis les USA sur les services de communication (infrastructures et réseaux sociaux particulièrement) et de gestion de données (Google, Amazon, Microsoft principalement) procède d’un constant investissement et d’une longue expertise dans la diffusion de leur « Soft Power ». Maîtrise qu’ils ont érigée en Art durant la seconde moitié du XXème siècle, avec leurs bras armés que furent Hollywood et Disney notamment. Au XXIème siècle, les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), poussés à grand frais par les agences gouvernementales, échanges de bons procédés obligent, sont devenus les nouvelles incarnation de l’hégémon américain. Les catalyseurs de ce Soft Power s’appellent Netflix, Disney ou Amazon. Ces acteurs aux ressources colossales imposent la culture et les valeurs en vogue aux USA au monde entier, ou presque...


La recette ? Toujours la même antienne américaine :

- confort d’usage et efficacité grâce à des investissements massifs et une avance technologique notable, - désarmement culturel et intellectuel des élites étrangères pour s’assurer la collaboration,

- maîtrise des techniques les plus avancées de (neuro)marketing, de communication, de manipulation cognitive collective (« dark pattern »* par exemple).

En France comme ailleurs en occident, nous avions accumulé un retard significatif malgré des compétences remarquables dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et un effort louable avec la défense de « l’exception culturelle Française ».


Convenons en, rien qui favorise l’Espérance Souverainiste jusqu’alors…


Les chocs et les prémices


Mais voilà que depuis une dizaine d’année, des initiatives hexagonales font relever la tête dans cette bataille bien mal engagée. En ce domaine comme en bien d’autres, les Etats-Unis semblent avoir trop poussé leur avantage, leur arrogance, leur impérium. La plus significative de ces initiatives remonte aux années 2010 et fut portée par un Français d’origine Polonaise Mr Octave Klaba, créateur de la société d’hébergement de données OVH Cloud* à Roubaix.

Ce doublement milliardaire est un entrepreneur brillant, sa réussite en témoigne, mais également un fervent défenseur de la liberté numérique, ce qui lui valut d’être une cible des services de renseignements britanniques (GCHQ) d’après les révélations d’Edward Snowden. Les années qui suivirent donnèrent raisons à ce pionnier du numérique souverain. En effet, le danger numérique stratégique que nous courrions s’illustra parfaitement via de nombreux scandales: les révélations de Snowden, les écoutes de hauts responsables Européens à une échelle industrielle, les duplicités des «Five Eyes» mais aussi d’états moins coutumiers de ces ingérences comme le Danemark en 2021 offrant ses câbles internet aux oreilles Américaines.


La structuration du souverainisme numérique


Venons en à l’actualité, je passerai rapidement sur les initiatives Européennes n’ayant que peu de foi dans la juxtaposition des termes Souveraineté et Europe. Notons cependant l’initiative Française lors de la présidence du Conseil de l’Union Européenne en 2022 de lancer un programme pour construire ladite souveraineté numérique de l’Europe*. Gageons que nos amis Danois, Polonais, Allemands se chargeront de garantir l’indépendance stratégique numérique...

Mais revenons à notre chère patrie.

Un des enjeux est lié aux données : où sont-elles stockées ? Qui gère les accès à ces données ainsi que les protocoles de sécurité ? Où sont situés les serveurs, donc quel Droit s’applique à ceux-ci?

En avril 2023, nous retrouvons Mr Octave Klaba, toujours président d’OVH Cloud mais également du service d’ordinateur dans le Cloud* Shadow, annoncer une alliance avec la Caisse des Dépôts pour fonder Synfonium. Le but : proposer des services numériques basés sur un Cloud souverain.

Tour de force supplémentaire, cette nouvelle entité absorbe le moteur de recherche respectueux de la vie privée, et français, Qwant, pour créer un « Google » Français en regroupant à la fois un moteur de recherche, la gestion et le stockage des données.

Toujours dans ce secteur stratégique du cloud*, les forces hexagonales se sont notablement renforcées ces dernières années.


Notre pays peut de plus en plus s'appuyer sur des pépites Tech comme Outscale, Scaleway, Oodrive, Scalingo, Clever Cloud, Rapid.Space, Free Pro, Aqua Ray, Platform.sh, Jamespot, Whaller, NumSpot ou encore BlueMind pour la messagerie souveraine.

Illustrons encore ce réveil par le consortium Numspot lancé par Docaposte, Dassault Systèmes, Bouygues Telecom et la Banque des Territoires pour un cloud* de confiance.

J’espère que ces quelques nouvelles du front numérique, si essentiel pour ce XXIème siècle, illustrent positivement le réveil et la prise de conscience dans ce domaine clé.

Dans le numérique comme ailleurs, les enjeux apparaissent d’autant plus crûment que les conséquences de notre impéritie et des oukases américains particulièrement affectent notre capacité à agir et à nous défendre. La bataille ne fait que commencer mais les forces pour la mener se lèvent, il nous appartient de les soutenir et de les encourager.


Michael Montoya

Membre de Place d'armes 31




*Dark Pattern : Le Dark Pattern ou interface truquée en Français est une interface utilisateur qui a été volontairement conçue pour tromper ou manipuler l’utilisateur. Il constitue une partie des techniques dites de « dark design » qui visent à la manipulation cognitive volontaire des utilisateurs de services informatiques pour maintenir l’attention, favoriser un acte d’achat, forcer un engagement etc.


*Cloud : Rappelons que Le "cloud" est un terme anglais qui signifie "nuage" en français. Dans le contexte de l'informatique, le cloud fait référence à la fourniture de services informatiques, comme le stockage de données, le traitement informatique et les applications, via Internet. Le cloud permet ainsi de simplifier la gestion des infrastructures informatiques et d'accéder aux ressources de manière flexible et économique.









38 commentaires

38 Comments


Décidement nous ne nous en sortirons jamais de cette mascarade politicienne FR.

Que de mauvais choix politiques.

Dossier EDF



Like

** Attention, tous les éléments qui sont exposés dans cette page s'inscrivent dans la 'souveraineté numérique"

fidèle à notre ministre de l'économie.

Ministère de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique


Voici une vidéo authentique que je place sur le site dans la rubrique "Le combat de la souveraineté numérique".

Ceci ne me fait pas plaisir de le dénoncer mais nous allons trop loin, toujours trop loin dans la notion du contrôle du peuple Français par le numérique et par tout élément de nature à contrôler nos concitoyens corrects et honnêtes (je tiens à le préciser).


Je rappelle toutefois que nos dirigeants sont pour beaucoup des délinquants pour certains et criminels pour les autres et d'une manière…



Like

Bonjour, Peut-être faudrait-il favoriser l'utilisation de Linux comme OS dans tous les services d'état, dans les entreprises travaillant sur des sujets sensibles? À terme inciter toutes les entreprises à travailler avec ce système d'exploitation!!

Like

Le Colonel Livaro
Le Colonel Livaro
May 11, 2023

C'est comme dans tout, il faut savoir un peu ce que l'on veut. Si c'est pour que notre défense ne soit qu'une composante de l'OTAN au service des USA qui décide finalement quels sont les intérêts de la France, pourquoi cette même défense ne devrait pas s'équiper de la célèbre suite Microsoft office ??? Pourquoi aussi à ce moment là, vouloir échapper aux grandes oreilles de la NSA ??? Personnellement, je suis plutôt du côté des souverainistes car cette asservissement nous entraine fatalement vers une ou des guerres que je ne souhaite pas forcément faire ou financer.

Like

Bonsoir,

Place d'Armes a soutenu deux militaires ennuyés en justice. L'un est sorti, mais pour l'autre, Mr Hocine Abdellaoui, nous ne savons plus rien. Où en est-il dans son affaire?

Like
bottom of page