top of page

Nombre de visites

PALOGOSITE.jpg
textesite.gif

Répartition des clandestins dans nos campagnes, pour nous c'est NON !


Partout en France, les Centres d'Accueil pour Demandeurs d'Asile (CADA) se multiplient et le pouvoir, à l'approche des jeux olympiques, travaille à disperser les migrants à travers le pays pour rendre Paris plus séduisant aux yeux du monde.


La faillite du système est désormais flagrante et plutôt que mettre un terme à la submersion migratoire en commençant par maîtriser nos frontières, nos élus nationaux tentent de cacher la misère jusque dans nos campagnes.


Ainsi dans l'Indre, un Centre doit voir le jour dans une petite commune rurale de 980 âmes. Les habitants s'y opposent et le font savoir, à l'instar de l'Union Bélâbraise, association communale qui lutte contre l'installation du CADA.


Place d'Armes soutient évidemment cette initiative et notre représentant local, Gaël, une fois encore était présent, accompagné de nos amis et de nos partenaires, pour porter nos valeurs et réaffirmer notre hostilité à l'immigration organisée par les pouvoirs publics.


Merci à nos membres pour leur participation. Un exemple à suivre :


Toute vraisemblance avec des faits ou des personnes existantes est parfaitement assumée et réaliste, toutefois des détails d’importance peuvent m’avoir échappé : que le lecteur veuille bien m’absoudre si tel est son bon plaisir.


La remorque de tracteur servira d’estrade aux orateurs, étrange emblème disposé devant le Monument aux Morts sur cette place de l’église de Bélâbre, un des joyaux de la vallée de l’Anglin. Vous conviendrez qu’il n’y avait pas meilleur symbolique après les révoltes paysannes que nous venons de traverser : le travail de la Terre et nos anciens morts au combat pour elle réunis.


La pluie nous accompagnait, comme à son habitude, sur cette place pour cette manifestation, ce samedi matin. Cependant, l’ambiance était au beau fixe : Ludivine Fassiaux rameutait ses troupes avec sa bonne humeur et son beau sourire : un café bien à propos réchauffait les arrivants au compte-goutte. L’air du Chant des Partisans était distillé fort à bon escient. Au fur et à mesure, la centaine de personnes prit la place pacifiquement et joyeusement. Votre humble serviteur, arborait notre belle et (déjà) glorieuse bannière de Place d'armes en votre nom. Je fus secouru d’un parapluie d’abord par un Monsieur de Bélâbre puis par une gente dame de Châteauroux, qu’ils en soient ici vivement remerciés !

Au loin, nous eûmes l’ineffable honneur de voir paraître, Monsieur le Préfet Lanxade, le propre fils de l’Amiral en uniforme de sa fonction (et petit, brun, lunetteux, ayant un air décidé). Quels effets sur mon petit cœur de marin de contempler ainsi le fruit d’un nom si illustre ! Las et hélas, il ne viendra pas nous féliciter, nous encourager – rêvons mais très fort – ni prendre la tête de notre juste cause. L’héritier du Sphinx, caïd du Medef, contrôle la disposition de ses troupes de maintien de l’ordre. S’il ne nous a pas blâmé, peuple vil et ingrat, on dit qu’il a ainsi soutenu personnellement le seigneur et maire de Bélâbre, l’initiateur, coordinateur, interprète et surtout vendeur de ce projet de CADA. Notre suzerain sera-t-il encore en poste, présent aux tristes cérémonies qui pourront (que Dieu nous en préserve -et c’est mon but de l’éviter) se produire si son funeste plan voyait le jour ? Là, les victimes seront-elles de mes connaissances, voire mes propres enfants ?


Nos amis de l’association « France Réveille-toi ! » Limousin sont présents : quelle affaire ! Quelle solidarité ! Honneur à eux ! Je vois des connaissances, des relations d’affaires, un sympathisant d’Orléans qui a fait la route. Je pense à Jean-Philippe, Pierre, Christian, leurs épouses, à José, Jean François et d’autres qui n’ont pas pu venir sous cette pluie.


Enfin, debout sur l’estrade agricole, souriante, auréolée d’un gigantesque parapluie, Ludivine prend la parole : l’achat définitif de l’ancienne chemiserie (pour 40000 deniers/euros selon mes sources autorisées) par l’association Viltaïs permettra de poser les recours juridiques, nombreux et démocratiques pour qu’enfin, monseigneur le maire daigne ouïr les humbles doléances de ses administrés. Héroïque, elle mènera ce combat jusqu’à entraver la pelleteuse ! Par ce geste elle nous invite à la suivre dans les prochains combats !


A la fin d’une acclamation, Francis Bergeron, auteur, journaliste, nous enjoint à poursuivre les actions et les multiplier. Il nous cite en exemple la ville d’Argenton sur Creuse littéralement livrée à 2 CADA sans système de surveillance par caméra car interdit par la municipalité. Son propre canoë, a manqué d'être emporté par deux jeunes syriens après effraction. Mais rassurez-vous la plainte n’aboutira pas et sera classée sans suite…(je pense toujours à ce brave Général Souboulet qui en commission de sécurité le 19 décembre 2013 a osé dire à nos élus que la réponse pénale ne suit pas…)


Maître Gentillet prenait le micro… et le réduisit au silence après quelques instants. Il dut nous haranguer depuis la plateforme ; qu’importe ! Des éléments nouveaux apparaissent propres à porter le fer (rouge) pour le désarroi de nos adversaires. En effet, la fameuse association Viltaïs dispose d’un budget de 30 millions d’euros dont au moins 20 millions sont d’origine public. Comprenez que votre poche ou plutôt celle de vos petits enfants finance ce merveilleux projet. Reste à savoir qui signe le chèque ? La réponse est la Région Rhône Alpes de Monsieur Wauquier. Au fait qui dirige l’association Viltaïs ? La réponse est Monsieur Yannick Lucot, Chevalier de l’Ordre du Mérite- adjoint au maire de Moulins et vice -président de Moulin-communauté, également conseiller régional UDI de Rhône Alpes : tous ces éléments sont en sources ouvertes et j’ai vérifié ces faits mais je laisse à votre sagacité les autres questions.


Il ne me restait plus qu’à entonner la Marseillaise car seul j’étais porteur des couleurs de notre beau pays !


Au rompre de ces bancs, j’ai refait le monde avec les amis du Limousin, projetant de sombres machinations pour « libérer le pays qu’on enchaîne » comme dit le chant des paras.

La moralité de ce compte rendu c’est qu’il y a du travail pour qui en veut en Région Centre Val de Loire et je recrute des bonnes volontés pour l’action.






145 commentaires
bottom of page