top of page

Nombre de visites

PALOGOSITE.jpg
textesite.gif

Le tandem États-majors-drones face au couple Chars-Canons


Le Ministre des Armées, le chef d’État-major des Armées et le chef d’État-major de l’Armée de Terre ont tiré les leçons de la guerre conventionnelle qui se déroule depuis un an en Ukraine.


Au plan des effectifs de l’Armée de terre, la transformation a déjà commencé.


Plusieurs régiments d’infanterie ont dissous des compagnies de combat qui avaient été créées en 2015 afin de faire passer la force opérationnelle de 66000 à 77000 hommes. Il n’est pas non plus exclu que des régiments soient supprimés.

Cette décision est justifiée par le Ministre par la nécessité pour l’Armée de Terre de s’investir dans de « nouveaux champs de conflictualité » susceptibles de transformer les menaces liées aux conflits de « haute intensité ».

Une partie des effectifs récemment attribués à la mêlée a été réorientée pour : - renforcer les états-majors de régiment et les capacités de numérisation et de simulation. - développer la capacité drone et affecter les moyens à la préparation opérationnelle, à la formation et l’intégration des effets dans les « champs immatériels ».


En conséquence, une nouvelle organisation de l’Armée de Terre est en cours qui se traduira notamment par la création de deux nouveaux commandements placés sous l’autorité du CEMAT :

- Le Commandement des guerres de demain !

- Le Commandement de la guerre hybride c’est-à-dire relative aux opérations menées sous le « seuil du conflit ouvert » ! Au plan des matériels et de leur emploi. Le drone est devenu la panacée. Selon la nouvelle doctrine, il peut tout faire à faible coût : observer, repérer, dissuader et détruire quels que soient le compartiment de terrain, les contraintes météorologiques, la nature et l’importance des objectifs.


En conséquence, les hélicoptères, Tigre en particulier, voient leur avenir compromis et déjà la programmation de leur maintenance fait débat. Ils seraient remplacés par l’acquisition massive de drones à munitions téléopérées et de robots capables d’évolution sur le champ de bataille.

La messe est dite, malgré la Loi de Programmation militaire 2024-2030 qualifiée d’historique aux budgets annuels évalués à 60 milliards d’euros, malgré les enseignements du théâtre de guerre à l’Est énorme consommateur d’hommes, d’armements lourds et de munitions (une journée de consommation d’obus d’artillerie correspond à la production annuelle française), c’est l’Armée de Terre qui sera une nouvelle fois sacrifiée au plan des effectifs composant les régiments de mêlée et au niveau des armements lourds tels que chars, canons, véhicules blindés, défenses anti-aérienne et anti-chars.


L’Armée sera alors terriblement et durablement affaiblie d’autant que les récents prélèvements massifs en matériels et munitions ont compromis à jamais son potentiel offensif et desséché ses réserves.


Un général d’armée en activité a déclaré :


« L’Armée possède un matériel de première qualité. Nous bénéficions d’une dissuasion de premier ordre. Le Haut- Commandement est remarquable. Nos soldats ont un moral excellent. Nous agissons dans un contexte d’opérations militaires et non de guerre. »


Il s’agissait du Général Weygand, en juillet 1939 ; quelques mois plus tard, la France subissait, lors d’un combat de haute intensité mais très bref, la plus grande et humiliante défaite militaire de son histoire.


Pour la France Par la FOF Nous agissons


Daniel PÉRÉ

188 commentaires
bottom of page