top of page
Bandeau P.A._edited.jpg

Déstabilisation de la Nouvelle-Calédonie

Par le général (2S) Michel FRANCESCHI, ex Commandant Supérieur

des Forces Armées de Nouvelle-Calédonie de 1984 à 1988


La Nouvelle-Calédonie vient de rechuter dans une sanglante violence rappelant les heures sombres de1984-88, en prenant comme alors au dépourvu les autorités de tutelle. L’événement ne peut surprendre que les naïfs. On sait depuis Munich en 1938 que lorsque l’on achète la paix on se met en situation de la payer de plus en plus cher.


Reprenons l’historique de la question.


Il importe d’abord de rappeler que le 13 septembre 1987, après trois années de troubles graves le gouvernement avait trouvé une solution on ne peut plus démocratique par un référendum d’autodétermination, préparé et conduit de main de maître par le corps judiciaire en garantie d’authenticité. Le résultat le plus significatif de la consultation concerna moins l’écrasante victoire des Loyalistes que la présence parmi eux de 60 % de Kanaks!


Dès lors, la messe aurait dû être dite.


C’était sans compter sur l’action subversive d’un mouvement révolutionnaire identifié qui renversa la table démocratique par le complot terroriste d’Ouvéa d’avril 1988, avec, hélas d’inqualifiables complicités étatiques.


Exploitant l’émotion provoquée dans le pays, on raya d’un trait de plume l’incontournable référendum de 1987, carrément jeté aux oubliettes, pour le remplacer par un expédient politique surréaliste qui finira par gruger à la fois les Loyalistes et les Indépendantistes du Territoire. Aux premiers, on fit miroiter la pérennité d’une tranquillité retrouvée au prix de concessions acceptables. On assura les seconds de leur victoire finale grâce au dynamisme de leur démographie, au terme d’un patient processus de trente années, jalonné par trois référendums. Un incroyable gel d’une importante partie du corps électoral loyaliste ne pouvait que rendre victorieux l’un d’entre eux.


Mais les apprentis sorciers à la manœuvre se sont trompés sur toute la ligne. Comme on le sait, les trois référendums leurs ont été défavorables et le maléfique gel du corps électoral loyaliste leur explose aujourd’hui au visage, en même temps qu’à celui du gouvernement. Mais fi des réalités pour les idéologues!

Le même mouvement subversif toujours identifiable a repris clandestinement du service et vient de fomenter sur le territoire une violence plus dévastatrice encore qu’en 1988, prenant moralement en otage le gouvernement en cette période sensible d’une élection nationale et de la tenue des Jeux Olympiques.

Il est pour le moins surprenant que les services de renseignements n’aient rien vu venir de cette opération d’envergure qui met le gouvernement en position critique. Les préposés à la fonction devront lui rendre des comptes et il devrait commencer par là. Le problème à résoudre à présent procède toujours de la situation électorale de base, mais une inquiétante donnée nouvelle vient de surgir. La perte de confiance des Loyalistes envers le pouvoir central pour garantir la démocratie locale et assurer leur sécurité les pousse aujourd’hui à se faire justice eux-mêmes, faisant surgir le spectre d’une guerre civile pouvant déboucher sur une partition du Territoire. D’aucuns y voient d’ailleurs une solution.



En définitive, le gouvernement n’a plus d’autre alternative que le plein exercice de son pouvoir régalien pour contraindre énergiquement tous les protagonistes à retrouver le droit chemin des engagements pris et des accords signés. Sa main ne doit pas trembler, mais le réflexe munichois du report du débat constitutionnel n’est pas un signe de bon augure.

162 commentaires

162 Comments


H D
H D
Jun 03

Non-responsabilité du conseil d’Etat sur la dérive du régime Macron

Afin de rendre à César ce qui appartient à César et lever toute confusion, je précise que l’idée de reporter jusqu’en novembre 2025 les élections provinciales en cas d’accord entre les diverses parties (loyalistes, indépendantistes et l’Etat français), y compris après la date limite du 1er juillet 2024, ne vient pas du conseil d’Etat mais du régime Macron. Cette idée de report était bonne, elle donnait du temps au temps et laissait toute sa place aux négociations.

Dans sa décision du 25 janvier 2024, le conseil d’Etat n’a absolument pas imposé le report à la fin 2025 de ce scrutin local comme faussement propagé par une certaine presse. En l’espèce le conseil,…

Like
Bruno
Bruno
Jun 03
Replying to

Bonsoir H.D.


Et le squatter de l'Elysee se serait rendu en Nouvelle Caledonie en colonisateur pour avoir refuser de rencontrer le seul officiel représentant Kanak.


Avez vous entendu un seul média relater ce déplacement ?


Rien, cet aller et retour aura coûté de l'argent à l'état pour rien et même pas pu se prélasser au soleil.


Il reparti la quête entre les jambe !


Il n'y a plus d'autre option pour cet état déliquescent que de donner l'indépendance à toutes ses anciennes colonies, le Feu prend partout maintenant.

Like

Vu l'état dans lequel se trouve notre pays, la menace LFI qui monte, je pose une question :

l'intervention de l'armée n'est elle pas l'ultime solution pour sauver la France ?

Like

Jupiter le narcissique n'a fait qu'empirer le délabrement de la France. A chaque fois qu'il fait ou qu'il dit quelque chose, c'est le bordel partout, un incompétent qui passe son temps à endetter et détruire le pays.

Like

H D
H D
May 30

Qui est à l’origine de la déstabilisation de la Nouvelle Calédonie ?

Pour reprendre le titre de l’article ci-dessus, qui est à l’origine de la déstabilisation de la Nouvelle Calédonie si ce n’est en premier lieu Macron et son gouvernement godillot et archi-incompétent, lesquels ont sciemment mis l’huile sur le feu en appliquant l’exact contraire de leurs propres deux projets de lois constitutionnelles qu’ils ont présentés début 2024 au conseil d’Etat, notamment sur le report des élections jusqu'en novembre 2025  en cas d'accord entre les parties dont l'Etat français, y compris après la date butoir du 1er juillet 2024 ?

Pour saisir la réalité des événements, encore faut-il ne pas prendre pour argent comptant le fallacieux narratif issu de la propagande gouvernementale, et…

Like
Bruno
Bruno
Jun 03
Replying to

Bonsoir l'ami,


L'inteversement des actes et des valeurs et le propre des Kazhars Askhenases qui dirigent nos états.


Quand aux événements eux-mêmes, je me pose la question si je ne ferais pas de même si des étrangers venaient à prendre le contrôle de mon pays ?

Like

Alain
Alain
May 26
Replying to

A chacun sa flamme mais pas pour la même cause !

Like
bottom of page