top of page
Bandeau P.A._edited.jpg

Défendre servilement l’OTAN est-ce défendre les intérêts de la France ?


Une tribune fratricide révélatrice


Dans sa parution du 18 janvier 2023, le JDD publie la tribune d’un officier général, vice-amiral précisément, intitulée « Guerre en Ukraine : attention, d’anciens militaires français contribuent aux intérêts du Kremlin ». Après une première réaction d’étonnement sur le titre qui donne immédiatement le ton, on ne peut que s’indigner et déplorer le propos délirant qui suit et, plus grave, la dénonciation nominative, scandaleuse et calomnieuse, de certains de nos camarades parce qu’ils ont l’outrecuidance de refuser le narratif de l’OTAN sur le conflit entre l’Ukraine et la Russie et de formuler leurs réserves sur le soutien à Kiev. Cette tribune suscite donc quelques questions légitimes et nécessite une réponse, une réplique sans concession à une attaque contre des patriotes ayant servi sous l’uniforme l’Etat et la nation avec honneur et loyauté.


Cette attaque ad personam ne s’apparente-t-elle pas en réalité à une chasse à l’homme ignoble organisée et téléguidée pour faire taire la prétendue minorité de ceux qui contestent le discours officiel et qui peuvent avoir une influence sur l’opinion publique par le biais des réseaux sociaux ou de médias alternatifs ? L’exemple de la lettre ouverte à nos gouvernants et à nos parlementaires d’avril 2021 constatant le délitement de la France et la nécessité d’un sursaut de nos dirigeants ne démontre-t-il pas cette capacité d’influence dérangeante pour le pouvoir politique puisqu’elle a été approuvée par une large majorité de Français ? C’est la liberté d’expression et de pensée qui est ici visée. C’est le refus catégorique d’une pensée différente ! Ce terrorisme intellectuel ne reconnaît qu’une liberté, celle de penser comme il faut ! Hors du discours officiel point de salut !


Pourquoi cette tribune aujourd’hui ? Cette démarche ne révèle-t-elle pas une sérieuse inquiétude sur l’évolution de la situation sur le terrain pour les forces ukrainiennes, en vérité différente du narratif officiel, inquiétude manifestée au sein de la direction de l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) – dans lequel évolue ce vice-amiral – en lien direct avec l’Etat puisque lui fournissant son expertise ? Ne traduit-elle pas la prise de conscience des conséquences inimaginables à ce stade mais potentiellement catastrophiques à tous points de vue pour la France dans son suivisme aveugle des États-Unis et de l’OTAN dans le cas de l’effondrement des forces armées ukrainiennes ? Quelle humiliation au bout du chemin !


D’ailleurs, comment expliquer cette soudaine tribune alors que depuis plus d’un an des anciens militaires de haut rang défilent, eux, sur les plateaux des médias pour délivrer et conforter le narratif de l’OTAN sans aucune contradiction ? Un droit de réponse de ces officiers calomniés aujourd’hui dans ce journal ne serait-il pas légitime dans une autre tribune intitulée, cette fois, « Guerre en Ukraine : attention, d’anciens militaires français contribuent aux intérêts des Etats-Unis » ? Mais la tribune de ce vice-amiral ne constitue-t-elle pas une manœuvre de diversion pour occuper l’espace médiatique dans le but de cacher l’évolution défavorable de la situation des forces ukrainiennes et la conséquence – qui pourrait être dramatique – des livraisons de chars lourds par l’OTAN, sachant que la Russie ne peut pas se permettre de perdre cette guerre ? Jusqu’où notamment la France est-elle prête à aller, sans consultation du Parlement jusqu’ici, avec les risques de représailles militaires ? Et après ?...


Beaucoup de questions auxquelles chacun pourra apporter sa réponse. Mais les poser, n’est-ce pas déjà y répondre, au moins en partie ? Ces questions étant posées, il faut maintenant répondre plus directement au vice-amiral chargé de la rédaction de ce papier diabolique.


Une phrase dans cette tribune est symptomatique de l’attitude de ces élites qui s’érigent en permanence en donneurs de leçons : « Peu d’analystes se sont interrogés jusqu’à présent sur les causes de cette aberration intellectuelle et morale qui a cours dans un milieu où les notions de rigueur, d’éthique et de loyauté sont pourtant consubstantielles de celle d’engagement au service du pays ». Mais précisément ces notions de rigueur, d’éthique et de loyauté habitent ces officiers ou groupe de réflexion (Think Tanks) engagés au service de la France et vilipendés aujourd’hui parce qu’ils ont le courage d’exprimer leurs réserves au soutien de l’Ukraine dans un conflit qui aurait pu et qui aurait dû être évité et dont les causes sont bien plus complexes que celles brandies par les va-t-en-guerre de l’OTAN. Ils ont le courage, eux, de penser avant tout à la France qui n’a aucun intérêt à défendre en Ukraine ou en Mer d’Azov, une France qui a raté un rendez-vous capital avec l’Histoire au cours du premier semestre de l’année 2022 alors qu’elle présidait l’Union européenne. Le général de Gaulle doit se retourner dans sa tombe !


Par ailleurs, les causes de cette aberration intellectuelle et surtout morale évoquées par ce vice-amiral ne doivent-elles pas justement être recherchées chez ceux qui, comme lui, défendent servilement les intérêts de l’OTAN, c’est à dire des Etats-Unis, et non pas les intérêts de la France ? De quel côté se trouvent, en fait, la rigueur, l’éthique et la loyauté ? D’ailleurs, il s’égare et se fourvoie avec sa dénonciation calomnieuse et perverse, n’hésitant pas à utiliser l’arme des lâches, la délation, lui, le produit d’un atlantisme pur et dur à l’allégeance sans équivoque, oubliant de surcroît et cyniquement ses multiples conflits d’intérêts avec le monde anglo-saxon. Cette allégeance est telle qu’il en oublie même la langue française notamment dans son profil sur Twitter dans lequel il se présente comme « Former French naval aviation – senior fellow – opendiplo, RUSI.org, InstitutIRIS, View expressed hère are my own ».


Il essaie, en outre, de faire croire que ceux qu’il dénonce sont minoritaires. C’est vrai si on s’en tient à ceux qui sont régulièrement invités sur les plateaux des chaines de télévision. En effet, le narratif présenté jusqu’à présent sur ces plateaux l’est sans contradicteur. Mais le croit-il vraiment ou, au contraire, sa dénonciation ne trahit-elle pas une nervosité et une inquiétude partagées au plus haut niveau de l’Etat sur les conséquences d’une possible fracture des esprits au moment même des livraisons annoncées à l’Ukraine de chars lourds par les pays de l’OTAN et en particulier par la France ? Car le sondage effectué par Place d’armes (site de la communauté militaire engagée), en décembre dernier sur plus de 11 000 personnes, ne peut pas ne pas avoir été analysé : 89,2 % considèrent que la guerre profite avant tout aux Etats-Unis, 91,66 % pensent que les Occidentaux, dont la France, ne recherchent pas la paix, 88,07 % pensent que leurs décisions peuvent nous entraîner vers une guerre directe avec la Russie, 96,71 % refusent l’envoi de troupes françaises pour soutenir l’Ukraine. On le constate, le résultat éloquent de cette consultation ne peut pas être ignoré.

La livraison de ces chars et matériels lourds à l’Ukraine constituera non seulement un degré supplémentaire dans le processus d’escalade et d’engrenage engagé par l’OTAN depuis plusieurs mois, mais surtout un changement de nature qui pourrait représenter un moment de bascule dangereux débouchant sur une fuite en avant qui ne serait plus maîtrisable. Les pays membres de l’OTAN pourront toujours se convaincre et déclarer qu’il ne s’agit pas de co-belligérance, mais l’important c’est l’interprétation qu’en fera la Russie et les décisions qu’elle prendra avec ses conséquences. La démarche accusatoire et manichéenne de cet officier général qui commet une faute en jouant les procureurs sur la place publique contre ses frères d’armes pourrait, en fait, révéler les doutes, les questionnements, voire les désaccords sur le positionnement de la France dans ce conflit non seulement au sein de la communauté militaire ayant quitté l’activité mais au sein même de nos armées d’autant plus que le Parlement n’a toujours pas été consulté.


Le 25 janvier 2023 Général (2s) Antoine MARTINEZ

266 commentaires

266 Kommentare



NikkiYoAn
NikkiYoAn
09. März 2023

J'en appelle à tous nos généraux à donner l'exemple se lever pour la paix, notre souveraineté et le peuple 🇲🇫. Ça Urge 🕊🙏

Gefällt mir

Tout à fait d'accord avec cette analyse! Partout où les USA passent, ils laissent le désarroi ! Sans le Général de Gaulle, la France ne se serait pas libérée des USA! On voit le carnage qu'ils ont fait en Afrique... En Irak... Ces va-t-en-guerre ne pensent qu'à vendre leurs armes! Leurs soldats morts inutilement, ils s'en fichent! Ils payent leur famille... Tout bascule dans la haine.

Gefällt mir

Ben,l'Otan n'est plus ce que l'on imaginait,et le Général de Gaulle avait eu l'intelligence de nous liberer de ce carcan..Malheureusement le Sarkozy nous y a de nouveau asservi..L'Otan,qui utilise nos troupes pour leurs guerres,pour des intérêts uniquement américains devrait être supprimée..Le conflit en Ukraine nous manipule continuellement par les médias,et on ne parle pas des vrais raisons de ce conflit..Les USA nous ont interdit de commercer avec la Russie ( surtout le gaz),et il apparait que les explosions des gazprom ont été organisées par des occidentaux )..Il faut déceler les vrais réalités de ce qui se passe là-bas..Et je ne conçois pas que le " comique troupier" des américains veuille imposer aux européens des livraisons d'armes qui,en fait appauvrissent n…

Gefällt mir

H D
H D
04. März 2023

REPONSE à la question suivante de NON INSCRIT : « Bonjour, quel danger représente la Russie pour la France ? Pensez-vous que Poutine veut envahir ou détruire notre pays ? »

Il est évident que tant que la France ne mènera aucune action militaire directe contre la Russie, celle-ci ne représentera aucun danger pour notre pays qu’elle n’a jamais eu l’intention d’envahir et encore moins de détruire. Raconter que les chars russes déferleront sur Berlin et Paris est une pure stupidité relevant de la propagande ukrainienne et reprise en Europe pour justifier soutien matériel massif à Kiev. C'est pour cela que la France doit bien faire attention de ne pas aller trop loin dans son aide militaire à l'Ukraine qui…


Gefällt mir
bottom of page